DÍRTZtheatre

Le DÍRTZ Theatre est né à l’initiative de Jolanda Löllmann et Charlie Denat. Artistes navigant aux frontières de la danse, du cirque et de la marionette.

Ils emploient des méthodes de création interdisciplinaires et indisciplinés.

Basé sur le langage corporel, leur travail est une invitation pour le spectateur à créer ensemble et le temps d’un spectacle des réalités imaginaires.

Informations sur la compagnie

 
  • Nom du responsable : Charlie Denat
  • Adresse du responsable : 17 Avenue de la Meditérranée,11200 Argens- Minervois
  • Téléphone mobile : 06 60 68 89 57
  • Mail : dirtztheatre@gmail.com
 

Le spectacle

 
  • Nom du spectacle : ALIAS + Nonna(s) don’t cry
  • Metteur en scène : Charlie Denat/ Jolanda Löllmann
  • Année de création du spectacle : 2019
  • Droit de SACD : NON
  • Droit de SACEM : OUI
  • Langue du spectacle : sans parole
  • Type de marionnettes : marionnettes portées + masques
  • Durée du spectacle : 35 minutes
  • Type de public : Tout public
  • Vidéo du spectacle : NON
 
  • Description du spectacle :

    ALIAS (1er spectacle)

    Mise à nue sensible et charnelle, Alias nous dévoile un homme qui tente de s’affranchir de ses carapaces et part à la rencontre de « l’autre » tapis au fond de lui même. Derrière le masque on peut entrevoir l’homme, un être de chair et de sang. Et qui se cache derrière l’homme?

    Issu du triptyque Shortstories, ALIAS est une forme courte tout public mêlant arts du geste et art de la marionnette. En faisant cohabiter le monde illusoire de la marionnette et l’honnêteté d’un langage dansé et circassien, les différents niveaux de réalité théâtrale cohabitent et rendent les frontières plus floues ou plus absurdes.

    entracte 10'

    Nonna(s) don’t cry (2ème spectacle)

    Nonna(s) don’t cry invite le spectateur à s’infiltrer dans l'esprit d’une femme qui se retrouve dans une va et - vient constant entre sa vieillesse et sa jeunesse et entre l’imaginaire et le réel.

    Hommage poétique aux différents âges de la vie, ce solo multiplie les perspectives sur les générations.

    En décomposant les frontières entre la marionnette, la danse et le théâtre physique, et en brouillant notre perception de celle qui manipule et celle qui est manipulée, Nonna(s) don’t cry réveille les esprits invisibles et dévoile une autre dimension de la réalité.