du Bruit dans la Tête

La Compagnie du Bruit dans la Tête crée en 2015 s’articule autour de l’engagement artistique du marionnettiste César Lafont.

Formé au Théâtre aux mains nues, son travail s’oriente principalement vers une mise en jeu contemporaine de la gaine.

Dans le Manteau d’Akaki, 3ème création de la compagnie, il choisit de manipuler à vue et de convoquer cet étrange double en jeu. Véritable montreur d’histoire il donne à voir les rouages du spectacle tel un artisan de l’imaginaire ; quand la matière en déséquilibre plonge le spectateur dans une poétique de l’intime.

Informations sur la compagnie

 
  • Nom du responsable : LAFONT César
  • Adresse du responsable : Vaugelas, 26400 Montclar sur Gervanne
  • Téléphone mobile : 06 18 73 62 78
  • Mail : dubruitdanslatete.cie@gmail.com
 

Le spectacle

 
  • Nom du spectacle : Le Manteau d’Akaki
  • Metteur en scène : Lafont César
  • Année de création du spectacle : 2018
  • Droit de SACD : NON
  • Droit de SACEM : NON
  • Langue du spectacle : français
  • Type de marionnettes : Gaine + Ombres + muppet
  • Durée du spectacle : 50 minutes
  • Type de public : Tout public
  • Vidéo du spectacle : OUI
 
  • Description du spectacle :

    Akaki Akakievitch est copiste, un petit fonctionnaire dans un ministère quelconque.

    Assailli par le froid, il traîne dans les rues de Saint Petersbourg un manteau trop vieux et déjà bien rapiécé. Cet hiver il doit se résigner à en faire confectionner un neuf. Pour cela il se prive et économise durant des mois.

    Le manteau va bouleverser l’existence d’Akaki. Dans cette société du par-être ce nouvel habit lui confère enfin une place parmi les autres. Lui, d’ordinaire taciturne et invisible, est désormais admiré dans son costume ; une identité si fragile que son effondrement sera brutal et inéluctable.

    Cette adaptation du « Manteau » de Gogol par la compagnie du Bruit dans la Tête plonge le spectateur dans une quête sensible sur l’existence humaine et l’appartenance sociale. Akaki questionne la place de l’homme parmi les siens. Dans l’intimité du castelet, quand le marionnettiste met à nu les mécanismes du jeu, les gaines virevoltent et s’amusent et nous poussent aux portes de l’imaginaire.